25 août 2007

Coups de téléphone

Tout s'était joué sur un coup de téléphone «anonyme» : un individu suspect dans un parc. Le réseau de Kilk, l'homme qui ne commettait aucune erreur.

Trouver Heavymotion en moins de dix heures après son arrivée en ville tenait de l'exploit. Ou plutôt le trouver après qu'il eut tué seulement deux personnes.  D'habitude c'était lui qui vous faisez comprendre où il vous attendait.

Cet enfoiré a dû se ramolir. Disparaître trois ans. Revenir comme ça. Bryan n'y croyait pas vraiment.

Dans un parc au milieu de la ville un homme donne à manger du pain aux pigeons. Un gardien le surprend et s'avance vers lui.

« Monsieur, monsieur. »

L'homme est vêtu d'une couverture en bon état mais comme on ne fait plus. Encore un clochard ; ne pas se montrer trop méchant. Vu les temps qui courent, pas de leur faute, ça pourrait être moi.

« Monsieur s'il vous plait. »
L'autre qui ne bouge toujours pas. Merde quoi. S'approche veut le tirer par le bras.

« Dégage. »

Il s'arrête. Le clochard de lever des yeux rouges vers lui. Se lève de son banc les pigeons s'envolent la couverture tombe. Il a un sabre et juste une main. Une explosion retentit. Un mur du parc explose. Autre explosion. La guerre. Des blindés qui s'engouffrent dans la brêche. L'apocalypse, s'empresse de détaler. La prochaine fois laisser les gens nourrir les pigeons.

  Heavymotion se tient droit, juste devant un banc dans un parc vide, plus de touristes, de citadins ni même d'oiseaux d'écureuils. Juste une rangée de cinq blindés qui se dirige sur lui les canons pointés sur lui.

   Il profite d'un calme exquis, une seule seconde, le calme qui précède CHACUN DE SES CARNAGES.

     Il se met à courir, passe le sabre dans sa bouche, entre ses crocs de démons, ses yeux rouges brillent. Et attrape à sa ceinture une grenade qu'il ouvre avec le pouce. La balance sur les engins qui répondent à l'explosion par d'autres. Les canons crachent tout un tas de missiles et de balles.

  Heavymotion roule derrière une butte qui diminue rapidement sous le nombre impressionnant d'impacts balancés par les véhicules de l'ACE.

    Une course poursuite destructrice s'engage à travers la parc, ses volumes, son relief, contre les grenades et les missiles. Difficile de dire qui est la proie. Un blindé est déjà immobilisé. Heavymotion balance sa ceinture de grenade dessus après avoir ouvert la première. Pas le temps de pour les membres de l'Ace de réagir. Le véhicule explose.

  Comme un arrêt dans la course du temps. Un homme seul qui détruit un blindé. Jamais vu ça. Bryan sent monter en lui un sentiment qu'il n'avait plus ressenti depuis son enfance : profonde et vorace, la terreur lui creuse le ventre.

«Bordel ! Balancez-lui tout dans la gueule.»

Est-ce que tout pouvait suffire?

  Kinegan était en voiture avec Léo lorsque le téléphone avait sonné. 

Posté par HELAS à 22:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Coups de téléphone

Nouveau commentaire